Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

doutes sur la religion au siècle des Lumières ou la naissance d'un humanisme

Nous sommes aujourd’hui à la veille de Noël. Fête chrétienne depuis le IVe siècle, le 25 décembre était la date de la fête païenne du solstice d'hiver, appelée "Naissance (en latin Natale) du soleil". À Rome, l'Église adopte alors cette coutume populaire en lui donnant un sens nouveau : celui du Natale (origine du mot Noël) du Sauveur. La fête de Noël n'est donc pas à proprement parler celle de la naissance de Jésus, dont on ignore la date, mais celle de la venue du fils de Dieu dans le monde… Mais cela comme chaque année m’amène à me poser quelques questions toutes naturelles et ces interrogations me portent à douter. Mon cadeau pour ceux et celles qui ont encore cette faculté à raisonner, à douter donc à construire une intelligence hors des cadres imposés je veux offrir la réédition d’un ouvrage anonyme – on comprend la raison de cet anonymat alors que le péril de sa vie était engagé – publié au XXVIIIe siècle : Doutes sur la religion de Anonyme. Préface de Alain Mothu

 

Publié à Londres en 1767, « Doutes sur la religion » relève de la littérature clandestine du siècle des Lumières. La généalogie de ce texte, qui fut attribué à divers auteurs dont Voltaire lui-même, montre qu’il s’agit de l’expression la plus concise et la plus radicale d’un traité philosophique dont la première édition remonterait à 1705.Cette œuvre collective autant qu’anonyme témoigne de l’insurrection croissante des esprits à l’approche  de la Révolution française. « Les Doutes sur la religion de 1767 étaient bel et bien un « précis d’incrédulité ». C’est qu’en leur temps – la fin des années soixante du XVIIIe siècle – les idées étaient dangereuses et qu’ils formaient un ouvrage de combat. En quoi ce combat peut-il toujours intéresser notre présent ? D’abord en ceci, qu’il nous invite à ne pas désespérer de la raison humaine. Car en d’autres temps, les Doutes et d’autres « bombes » sceptico-rationalistes de même farine ont bel et bien contribué – en multipliant et en croisant les coups – à faire sauter les verrous de certitudes immémoriales, pour finalement fracasser dans sa totalité la fausse évidence de l’ordre social établi, à l’heure révolutionnaire. Inversement, ceux qui briguent l’estimable statut d’hommes de Dieu comprendront, en étudiant la généalogie funeste des Doutes sur la religion, qu’ils ont tout intérêt à proscrire rigoureusement l’examen, à exalter la confiance et l’obéissance aveugles, à favoriser le dressage des jeunes et à mettre en avant la pratique et le rituel. » (Alain Mothu, préface) Il est important de noter que cet ouvrage n’a pas eu un auteur unique, mais plusieurs qui au fil du temps, au gré des copies manuscrites et parfois même des impressions, s’octroyèrent le droit d’y mettre leur grain de sel, ajoutant, retranchant, réordonnant la matière théorique qui leur tombait entre les mains. Les Doutes sur la religion ont été attribués à diverses personnes en un temps – le XVIIIe siècle – « où diffuser un auteur clandestin signifiait entrer de droit dans ses auteurs possibles » (Gianluca Mori). Guéroult de Pival, César Chesneau du Marsay et même Voltaire ont, parmi d’autres, été soupçonnés d’en être les auteurs. Il est peut-être plus intéressant de remarquer que ce texte, dont les premières versions émergent vers 1730 et qui a continué de circuler tout au long du siècle, fut l’expression d’une certaine communauté de pensée à la veille de la Révolution française.

Ce texte est suivi d’un entretien de Gilles Lucas avec Paul Jorion intitulé « Le capitalisme est à l’agonie », paru dans le n° 91 (juillet-août 2011) de CQFD.

Extraits à lire :

Chapitre I

Sur la révélation

 § I

S’il y avait une révélation, elle serait nécessaire au bonheur de tous les hommes ; si elle était nécessaire au bonheur de tous les hommes, Dieu l’aurait donnée à tous les hommes ; Dieu ne peut sans injustice exiger de nous, plus que nous ne sommes capables de faire ; or il y a eu et il y a des hommes dans l’impuissance totale de connaître la Révélation : donc il n’y a point de révélation : d’un autre côté, tous les hommes ont de la raison plus ou moins ; donc l’une est nécessaire et l’autre ne l’est point.

 § II

Il y a un Dieu, donc il faut un culte ; fausse conséquence ! Le monde n’est point éternel, donc il y a eu un Dieu et point de culte. Les bêtes ne rendent aucun culte à Dieu ; donc si l’homme n’y était pas, il y aurait un Dieu, des créatures et point de culte.

 § III

Mais la créature raisonnable ne saurait se dispenser de rendre un culte à Dieu ; cela est faux : ce culte serait ou pour l’utilité ou pour la gloire de Dieu, ou pour l’utilité ou pour la gloire de l’homme : le premier est absurde, Dieu n’en a pas besoin ; il se suffit à lui-même en tout, partout et en tout temps. Si le culte n’est que pour la créature, la religion ne sera plus qu’une même chose avec la société, il n’y aura plus de péché contre Dieu, il n’y en aura que contre les hommes ; donc Dieu restera dans l’éternité de son immuable repos sans punir ni récompenser. C’est aux hommes seuls qu’appartiendra le droit de punir et de récompenser, droit qui dénote de la faiblesse de celui qui l’a. Une vipère mord un homme, elle ne fait ni bien ni mal relativement à Dieu qui ne la punira, ni ne la récompensera ; elle fait du mal à l’homme, il l’écrase, cela est dans l’ordre. Un homme vole son voisin, il ne fait ni bien ni mal par rapport à Dieu, il fait du mal par rapport à la société ; la société le punit ; il n’y a rien à dire.

 § IV

S’il y avait un culte révélé, l’homme serait fait pour Dieu, ou Dieu pour l’homme : or l’un et l’autre répugnent. Dieu n’est point fait pour l’homme, car pour lors l’homme serait plus noble que lui. L’homme n’est pas non plus fait pour Dieu, car Dieu n’a pas besoin de l’homme. L’homme a été fait parce que Dieu l’a voulu.

 § V

S’il y avait une Révélation elle serait inutile, car elle ne pourrait se perpétuer que par l’écriture ou par la tradition. Les hommes ne tiennent point de Dieu l’art d’écrire, sans lequel la Révélation n’aurait pas pu se perpétuer ; d’ailleurs cette Révélation n’eût point été faite pour les aveugles. Reste la tradition, mais elle est sujette à être corrompue, et elle ne peut être d’aucun usage pour les sourds de naissance.

 § VI

Beaucoup de gens ignorent qu’il y ait jamais eu une Révélation; parmi ceux qui ne l’ignorent point, très peu en ont été témoins. Ceux qui prétendent en avoir été témoins rapportent des choses très opposées. Jésus-Christ détruit Moïse, Mahomet détruit Jésus-Christ : d’où viennent ces contrariétés ? C’est qu’il n’y a jamais eu de Révélation. Ce n’est pas Dieu mais les hommes qui mentent et se contrarient.

Partager cet article

Repost 0