Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Je ne vais pas aborder les côtés techniques du projet de théâtre, ni le cheminement historique de ce projet qui a parcouru les deux mandatures précédentes avec une mise sous starting-blocks particulièrement dans la dernière sous l'impulsion de monsieur le Maire. Je vais m'attacher à définir la nécessité de développer et d'accorder une priorité au champ culturel en période de crise ce qui est l'élément qui donne tout son sens à notre volonté de construire un Théâtre à Fontenay et qui est une réponse à ceux qui ont voulu inscrire ce projet dans la tension d'arguments démagogiques en le plaçant sous le seul angle du réalisme économique et de nous présenter comme dispendieux et je viens de l'entendre éloignes des préoccupations des fontenaysiens qui en mars dernier en connaissance de cause ont voté pour ce projet 

L’art, s’il a été par le passé et demeure par une partie des forces politiques réactionnaires réduit à sa dimension purement consumériste et temps de loisir doit redevenir pour la gauche le lieu et les occasions par lesquelles tous les individus sont amenés à partager une expérience sensible. La nécessité de notre projet est ordonnée selon ce principe généreux qui amène à rassembler, à faire sauter les clivages sociaux; ces honteuses ségrégations. 

Contre la commercialisation de l’art et la culture, contre ce sous développement de la pensée, il nous faut redonner à ces réalités leur caractère politique en tant qu’elles mettent le monde en mouvement et prétendent à leur manière saisir le réel. C’est pourquoi la défense du droit « à éprouver et cultiver le beau » en multipliant les expériences esthétiques n’est jamais un vœu pieu ni une idée purement abstraite : elle incarne au contraire, à travers les gestes de la pensée et de la création, un attachement ferme à l’accès à la citoyenneté, la liberté, l’égalité. C'est le sens de notre projet de théâtre.

Prôner une véritable démocratie culturelle, c’est donc revendiquer une société de citoyens épanouis et conscients, tous capables de penser et qui refusent de n’être valorisés ou considérés que sur le plan comptable, monnayable, c’est-à-dire comme « clients du monde que nous partageons » ou estimés comme sujets économiques mineurs et dévalorisés par rapport à d'autres priorités désignées.

Comme le dit fort justement la philosophe Marie-José Mondzain, le défi consiste à se battre contre « la réglementation de nos divertissements, de la distribution de l’information, du savoir… sous le régime de la concurrence, de l’évaluation, de la normalisation… ». D’où la question, fondée autant philosophiquement que politiquement, quelle société sans art et sans culture ? Laquelle contient l’interrogation sous-jacente : quelle humanité voulons-nous être ? C'est de nouveau tout le sens de notre engagement pour un théâtre à Fontenay.

La crise économique multiforme que nous vivons s’impose avec la force d’une évidence, mais qu’est-il fait pour prévenir, éviter ou même contenir la « crise culturelle » qui se profile ? Force est de constater que ce sont les mêmes élites qui jouissent le mieux et le plus durablement de l’offre culturelle et artistique, en qualité et en diversité. Réanimant les vieilles mais persistantes oppositions de classe.

Une refondation du rapport de l’art à la société, de l’art au travail, de la politique à l’esthétique… ne peut donc faire l’économie d’une transformation profonde de cette relation privant de nombreux groupes sociaux de toute possibilité d’expression et de manifestation artistiques, excluant ainsi la majorité même du corps social des fruits de cet apprentissage. C'est la description d'un désert culturel qu'un projet de théâtre à Fontenay va tenter de gommer.

Car nous n’entrons pas dans l’art ou en art comme on pousse les portes de son supermarché. La méconnaissance des codes esthétiques, l’ignorance des présupposés et référants historiques, des comportements correspondant à ces savoirs et leur apprivoisement… n’en finissent pas de maintenir bien vivante cette ségrégation culturelle qui sévit sans pousser un cri ni verser une goutte de sang.

Mais combien de temps allons-nous laisser les privilégiés culturels conserver jalousement l’étendue infinie qu’ouvrent ces savoirs, qui, s’ils tendent à s’homogénéiser, offrent une remarquable diversité d’apprivoisement du sensible et de représentations du réel ?

Sans les relais institutionnels, associatifs et pédagogiques que représentent l’école, les missions d’éducation populaire, les comités d’entreprise, les universités populaires, les ateliers d’initiation… cette promesse ne peut se faire jour. Cette promesse n’est rien.

Aussi, que ce soit dans l’entreprise, au sein de la famille, dès l’école élémentaire jusqu’aux bancs de l’université, la création – par-delà les considérations et les débats portant sur la formation et la légitimité du jugement du goût – doit être approchée comme un but en soi, existant pour lui-même et par lui-même. Indistinctement des capacités initiales de chacun.

Pour lutter contre l’uniformisation de la pensée ou le tri organisé entre savoirs utiles et dispensables, il faut abandonner la croyance selon laquelle un champ de connaissance posséderait un primat sur un autre. Regardons plutôt en quoi et combien tous participent, avec leurs outils propres, à comprendre ce monde que nous avons trouvé et à agir sur lui. Or un projet émancipateur réellement égalitaire place cette faculté, ou cette capacité, comme potentiellement présente en tout homme et donc appropriable collectivement. Une éducation artistique et une ouverture culturelle véritablement partagées permettront alors de sortir du schéma de 
domination sociale écrasant et figé (en plus d’être stérile) élites « savantes »/peuple « à cultiver ». C'est l'ambition de notre politique culturelle à Fontenay.

Or le moyen le plus sûr et efficace d’offrir à tous les connaissances et pratiques artistiques qu’il transportera (voire transformera) toute sa vie comme à la fois une stimulation de ses potentialités et un éveil de son imaginaire est que l’école républicaine et au delà nos politiques municipales placent chacun devant les mêmes possibles.  Entendons par là des invitations concrètes incitant à devenir à la fois spectateur et acteur de la chose artistique comme de l’expérience culturelle pour développer sa citoyenneté. 


Si on adhère avec Marx à l’idée selon laquelle « le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous », n’attendons pas, n’attendons plus pour dénoncer et dépasser « la concentration exclusive du talent artistique chez quelques individualités, et corrélativement son écrasement dans la grande masse des gens ». C'est toute l'ambition du théâtre pour Fontenay.

Partager cet article

Repost 0