Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'étais à Brovary en fin de semaine dernière et au cœur de tous les contacts je pouvais ressentir l'inquiétude d'un avenir dessiné par ce conflit n'existant que la volonté de Vladimir Poutine de consolider son pouvoir intérieur en s`appuyant sur une géopolitique favorable au retour des fondamentaux de l'empire de la Grande Russie... L'est ukrainien devenant le jouet de ses ambitions... On connaît la suite et tous les travestissements de la réalité, toutes les manipulations et surtout ce séparatisme guerrier, sanglant et conquérant qui dénie tout droit à cet état de droit qu'est l'Ukraine...

Un accord de paix signé sur l'Ukraine ? Je demeure pour ma part très sceptique car je le sens très fragile et incertain… Face aux avancées masquées des russes et au développement quotidien d’actions sanglantes touchant essentiellement les populations civiles il fallait s’empresser de freiner l’escalade. Poutine en position de force face au couple Hollande/Merkel n’a presque rien lâché! Et continue de pratiquer son jeu favori avec ce continuel petit cache-cache provocateur pour mesurer la volonté des européens sur cette question ukrainienne qui entre dans le cadre de sa politique d'une Grande Russie à  refonder.  À ce jeu il est le plus fort et il cherchera à affaiblir le gouvernement de Kiev par tous les moyens, militairement, économiquement et politiquement, tout en dupant les européens dont il connaît toutes les frilosités. 

Les prochaines semaines vont donner lieu entre les parties à d’épineuses tractations sur la mise en œuvre de l’accord « Minsk 2 » pour définir le statut des territoires de l’est de l'Ukraine, pour le contrôle de la frontière et surtout l’étendue de la zone sous influence des séparatistes, pour l’échange des prisonniers. Au final lorsque le compromis sera établi nous assisterons à une mise sous tutelle russe d’une partie du territoire ukrainien. Les ukrainiens  sont conscients du péril et sont déjà préparés à vivre longtemps avec une constante menace russe en sachant fort bien que Poutine ne tient rarement parole.

La paix de Minsk2  aura certainement un gout amer malgré l’annonce d’un fort appui économique avec l’octroi d’un nouveau prêt du FMI de 17,5 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros) sur quatre ans à l’Ukraine. Une somme sans doute insuffisante au regard des défis à surmonter… Le prix de la paix est bien plus important et doit comporter plus de résistance aux appétits de Poutine et les mois futurs en seront malheureusement la preuve…

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :