Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est une belle réponse faite d'ironie sur la question des jupes qui tourmentent les esprits... Furie en France des innocents imbéciles alors que sur l'autre rive de la Méditerranée se déclenche une autre bataille avec la furia des mêmes  intégristes à l'origine des montées d'adrénaline...toujours et toujours, éternelle cible,avec la femme en prise d'otage pour mieux manœuvrer et imposer la haine et surtout marquer l'infériorité des femmes pour répondre au sacro-saint livre qui stipule - en opposition avec la déclaration universelle des droits de l'homme - que " les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci, et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises". Ignominie et supercherie revendiquées en chœur par nos trois monothéismes!

Que ces questions brûlantes où la haine prédomine et où la Raison se voudrait être bousculée par ces agitateurs de l'intolérance ne nous fassent pas oublier que notre force demeure dans cette arme qu'ils ignorent: l'humour. Et l'humour je l'ai rencontré sous la signature de Nazim Baya  dans un article paru sur le site de El-Manchar, le canard enchaîné algérien qui pratique le goût de la satire...

Voyez plutôt par vous mêmes: 

Algérie-France: Nouvel accord pour échanger les deux filles liées aux scandales des jupes

Le 6 mai une élève de 3e à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, a été interdite de cours à deux reprises dans son collège. La direction de l’établissement lui reproche de porter une jupe jugée « trop longue ».

Le 9 mai une étudiante en droit qui se rendait à un examen à l’université d’Alger n’a pas pu rentrer. La raison du refus : une jupe trop courte.

Profitant de son passage à Alger, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et son homologue algérien, Ramtane Lamamra, ont signé un accord d’échange des deux filles à l’origine des scandales de la jupe longue et de la jupe courte. La partie française s’est engagée à accueillir l’étudiante algérienne sur son sol en ordonnant qu’elle soit inscrite comme tel pendant deux ans avec option de naturalisation. La partie algérienne s’est proposé en contrepartie de recevoir l’élève de 3e, qui jouit déjà de la nationalité algérienne.


Fabius, qui intervenait en présence des ministres algériens des Affaires étrangères, des affaires religieuses et des Wakfs et des Moudjahidines, Ramtane Lamamra, Mohamed Aïssa et Tayeb Zitouni, à l’issue de la signature de cet accord, s’est « félicité » de ce partenariat qui « revient aux dirigeants des deux pays, MM. Abdelaziz Bouteflika et François Hollande ».
 

« Il y a quelques jours, nous étions dans la tourmente et nous voilà aujourd’hui complètement sereins après avoir trouvé ce compromis », a déclaré le ministre français, mettant en relief « l’excellente idée » de renvoyer chacun dans son milieu naturel. Il a également considéré que le fait d’avoir troqué ces deux jeunes filles était un « excellent choix » pour les deux pays, et un moyen d’apaiser des sociétés, comme les nôtres, où les questions identitaires exacerbent de plus en plus les tensions.
 

M. Fabius a conclu son allocution en déclarant qu’à travers ce partenariat « exemplaire », les deux parties vont « travailler ensemble, la main dans la main, pour que l’Algérie et la France soient un modèle à suivre en matière de rigueur vestimentaire.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :