Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Passage à Joinville ce matin et petite broc à côté du marché... L'occasion d'y faire le tour des stands et de se faire plaisir dans les étals de bric à brac. Un hétéroclite déversement d'objet qui établit une nomenclature  sociale détonnante. Au milieu de quelques bouquins j'extraie « Le viol des foules par la propagande politique » qui est l’ouvrage le plus complet jamais publié à ce jour sur les techniques de manipulation des masses par la propagande. L'euro dépensé pour l'acquisition de chef d'œuvre absolu a apporté à ma journée un élan intellectuel salvateur et surtout immédiatement j'ai compris combien la relecture de l'ouvrage pouvait m'aider à mieux comprendre la complexité de notre actualité où le bruit des bulletins de vote FN se fait entendre et où également le pouvoir nous manipule comme jamais pour bouleverser notre singularité française par un glissement progressif du socialisme au libéralisme... 
Cet ouvrage est méthodique, dense, abondamment documenté, et nous donne toutes les clés permettant de comprendre comment le pouvoir politique, en démocratie comme en dictature, peut guider l’opinion publique aussi imparablement qu’un caniche au bout d’une laisse. Il énumère avec un grand luxe de détails les nombreux ressorts dont dispose la propagande politique : l’intimidation par les symboles, les saluts et les gestes symboliques, la musique, les rassemblements immenses, les mots d’ordre et les slogans, l’efficacité de leur répétition à l’infini.
Pour aboutir à ses conclusions, son auteur, Serge Tchakhotine, s’est appuyé sur les travaux de Gustave Le Bon, de son maître Pavlov, des behavioristes, mais aussi sur sa connaissance et son expérience personnelle de la propagande.
Tchakhotine n’est en effet pas seulement un théoricien, c’est également un militant engagé qui a tenté de contrer la propagande hitlérienne en Allemagne pendant la montée du nazisme. C’était le chef de la propagande au « Front d’Airain » (Eiserne Front). Contre l’opinion de la direction de son parti, il a mis en œuvre des techniques de contre-propagande d’une grande efficacité : contre slogans (freiheit!), épigrammes, contre symboles (les 3 flèches), manifestations savamment organisées et mises en scène. Les zones où ces techniques ont été mises en œuvre sont celles ou le parti nazi a enregistré ses scores les plus faibles. Qui sait si soutenues, multipliées, et étendues à l’ensemble du pays, elles n’auraient pas changé le cours de l’histoire ?
L’histoire de la parution de ce livre n’est pas banale non plus. Lorsqu’il reçoit les premières épreuves de l’édition française de son livre, qui paraît deux mois avant le déclenchement de la guerre, il a la surprise de se rendre compte que tous les passages désagréables à Mussolini et à Hitler y ont été supprimés ! La dédicace dont il l’avait accompagnée : « Je dédie ce livre au génie de la France à l’occasion du 50ème anniversaire de sa Grande Révolution. » a également disparu. Il découvre ensuite que cette censure vient du ministère des affaires étrangères, dirigé alors par George Bonnet. Pour la dédicace à la Révolution Française, on lui explique que c’est « démodé », en plein 150ème anniversaire ! En Allemagne le livre est interdit en 1940.
Réédité et augmenté en 1952, le livre de Serge Tchakhotine, 63 ans plus tard, n’a pas pris une ride, et l’on peut d’autant plus regretter qu’il ne soit pas plus lu, connu, et débattu, qu’à l’inverse il constitue une référence majeure, quasiment un manuel, pour les ingénieurs sociaux, spin doctors, et propagandistes aujourd’hui. Destiné à prévenir les foules du viol dont elles sont victimes par la propagande politique, il a plutôt servi jusqu’à maintenant à rendre encore plus efficaces les systèmes de manipulation et de mensonge organisés, en particulier dans les démocraties occidentales.

je vous invite donc à le lire ou le relire et des éditions de poche sont actuellement disponibles en librairies. Il n'est en revanche pas disponible semble-t-il en lecture publique dans notre médiathèque. C'est regrettable. À

Le viol des foules...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :