Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’écrivaine égyptienne, Fatima Naout, a été condamnée, par une Cour de délit au Caire, à 3 ans de prison, et une amende de 20.000 livres (2.500 dollars), pour mépris de la religion musulmane, par une Cour de délit, au Caire. Ce n'est ni de la sorcellerie ni une blague, mais tout simplement, la vérité.

Fatima Naout a le droit de faire appel de ce jugement prononcé à l'issue du procès auquel elle n'a pas assisté.

La condamnée, qui est, par ailleurs, journaliste, collaboratrice dans plusieurs journaux égyptiens privés, avait été inculpée pour mépris de l'islam et sarcasme vis-à-vis du rite islamique de l'adhiya (sacrifice du mouton de la fête de l'Id el Kebir) à travers un tweet sur Facebook.

« Heureuse boucherie », avait-elle ironisé sur Facebook le jour de la fête, en considérant que le sacrifice du mouton est « un énorme cauchemar ».

Dans son interrogatoire devant le parquet, Fatima Naout avait prétendu que ses écrits n'étaient pas contraires à l'Islam et qu'ils s'inscrivent dans le cadre de l'humour. Mais comme on sait, avec les caricatures sur Mahomet et autres choses de ce genre, l'islam n'accepte pas (encore) un certain humour à l'occidentale.

Fatima Naout qui mène un combat contre l'obscurantisme, devrait faire appel de ce jugement, en escomptant, entre temps, glaner des soutiens en Egypte et à l'étranger. En souhaitant que la Cour ait une main moins lourde pendant le jugement d'appel.

Partager cet article

Repost 0