Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je veux rendre un hommage à Gérard Jacquet, tout récemment disparu. Il m'est apparu pour faire vibrer une dernière fois cette onde humaniste et généreuse de Gerard Jacquet de faire appel à un ami qui fut son complice dans cette passion pour Fontenay, un complice du journal Village Culture: Patrice Cazelles qui a su m'offrir un autre éclairage sur Gerard Jacquet qui était un compagnon de combat socialiste alors que j'étais six années durant secrétaire de section à Fontenay. Il m'avait apporté son soutien et m'avait guidé dans mes premiers pas en me procurant amicalement des conseils lors des premiers temps de mon mandat municipal. Un socialiste issu de la SFIO, c'était le lien lien que je partageais avec lui car j'avais adhéré à çette vieille maison œuvre avant la fondation du PS à Epinay. Un socialiste ancré dans l'union des forces de gauche et qui portait tout son soutien à notre majorité municipale. Quittant le champ clos du politique je laisse à Patrice Cazelles de nous brosser dans ces quelques lignes qui suivent un portrait de Gerard Jacquet où tous ses amis retrouveront ce piéton de Fontenay. 

Gérard Jacquet / pour mémoire.

Patrice Cazelles

 

• G.J.  = Le piéton de Fontenay (en référence au piéton de Paris de  Léon-Paul Fargue ) => dès l’aube il arpente les rues du Village. Visite les commerçants, les cafetiers, les artisans, prend les nouvelles, de la santé des uns et des autres, de l’évolution du « petit commerce » qui lui tenait à cœur … on se souvient des chroniques émues sur la désaffection de la rue Mauconseil dans le Journal Village Culture. G.J. était le baromètre de la vie sociale du Quartier Village.
 

• P.S. : Militant politique au sein de la Section PS de Fontenay il aimait à dire => en politique municipale ce sont les hommes qui comptent, pas les idées … en politique j’ai eu des adversaires mais jamais d’ennemis … il aimait ferrailler des idées, même à l’intérieur de son propre parti …
• Journal Village Culture : , parution trimestrielle, le dernier N° 74 sorti en octobre 2016 =  c’était le journal d’un seul homme … même si nous étions plusieurs contributeurs = il faisait tout dans le journal= assurait la distribution, tenait une  bonne part du rédactionnel, gérait les annonceurs, la mise en page par le Studio graphique de la Ville, les évènements … il y consacrait une grande part de son temps.

 

• Un Journal à son image mais aussi une certaine image de fontenay sous Bois. Il était garant d’une tradition « villageoise », les rencontres promues par le journal (concours de boules dans le parc de l’Hotel de ville, fête du nouvel an « Au guinguet » de la MDCVA (on se souviendra de ses fameux quizz « question sur Fontenay » qui finissait en pugila entre les convives), randonnée annuelle de village culture à la découverte du patrimoine fontenaysien avec Alain Régnier … on se souviendra de ces merveilleuses chroniques dans le gout du temps passé qui ne reviendra plus … Gérard n’était pas « passéiste » mais savait qu’ « on ne peut construire l’avenir qu’en ayant un sens du passé … » Il défendait une certaine idée d’un monde à la mesure de l’humain, convivial, solidaire, dynamique et autres superlatifs que sa modestie  trouverait déplacée …  Il aimait fustiger, à travers ses chroniques, la médiocrité de certaines âmes, les convictions qui ne fleurissent que le temps d’un mandat, il n’était pas tendre avec ceux qui font de la  politique un ascenseur social et autres basses agitations électorales …
 

• Le Journal assurait, à son niveau, la promotion de nombreuses initiatives municipales = les fêtes de la Madelon, les Brocantes, Marchés de Noël; il faisait une large place  aux  associations amies comme les  Vergers de l’Îlot, le Café-Poésie déjà cité, les Amis de Fontenay, Fontenay Vélo, les Ch’ti du regretté Luc Godart …
 

• Le Journal Village Culture, au cours de ses 30 années d’existence, fut « un sismographe » de la vie sociale du Quartier Village de  Fontenay sous bois. La seule personnalité de Gérard Jacquet y était pour beaucoup. Homme de terrain, de contact, ignorant la  petitesse ou le calcul il était entièrement voué à la cause de sa ville avec une générosité jamais prise en défaut.
 

• Un journal où fleurissaient des critiques parfois acerbes sur certains comportements civiques qu’il condamnait vertement, tout comme les incivilités, les débordements de pouvoir, le rejet de « la différence » => il fustigeait le coté « village gaulois » de Fontenay avec ses petites médiocrités et il ne tolérait rien moins que le repli sur soi, le conservatisme, les jugements sans fondements, les conversations de bistrot où on déballe publiquement et impudiquement ses frustrations (il savait vous remettre à votre place quand certains  s’écartaient du respect dû à autrui ) … Gérard était l’homme de « la mesure » et du « savoir raison garder ». Il était pour le débat,  pas pour la lutte. Le Journal Village culture relayait de cet état d’esprit. Gérard était fier de dire qu’il avait « fait ses universités » (Lettres et philo) et que ces études lui avaient permis de penser et de critiquer « en connaissance des causes ».
 

• G.J. était de « terriblement » loyal ! En politique ou dans la vie sociale il était inflexible sur les principes républicains, le respect de la parole donnée, … et tout ce qui fait tenir « un homme debout ». Il émaillait le Journal Village Culture de pensées de La Rochefoucauld, de Pascal ou même de Nietzsche … « des maitres secourables en toutes occasions »  selon ses propres mots.
 

• G.J.  aimait Fontenay-sous-Bois. C’était SA ville ! Il l’aimait comme une personne, comme son  enfant, rien de ce qui lui arrivait ne lui était indifférent => « on va couper les arbres au Pdt Roosevelt, tu te rends compte ! ils ont mon âge ! » Malgré son allure parfois détachée et ses plaisanteries continuelle G.J. était toute en émotivité … une mauvaise nouvelle et la fibre affective tremblait en lui sans qu’il en paraisse au premier abord.
 

• Café-Poésie : Il faut aussi l’initiateur du Café-Poésie de Fontenay-sous-Bois (16 ans d’âge !) , avec Roland Guéridon et moi-même … le journal accueillait souvent les écrits des amis poètes fontenaysiens.
 

• Qu’on le veuille ou non, et ce n’est pas pour nous prévaloir d’effets de manche, mais je pense qu’il y aura  un « avant » et un « après » Gérard Jacquet à Fontenay  tant sa marque  sur la ville fut profonde … pourrait-on envisager une place à son nom ? La place du Village par exemple qu’il a tant critiqué pour son manque de tenue, deviendrait Place Gérard Jacquet / bienfaiteur de Fontenay ?

Partager cet article

Repost 0