Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans la morosité climatique ambiante qui nous a accompagné cette semaine j’ai trouvé une petite embellie dans la lettre reçue de notre conseiller général, 13eme Vice-Président, qui se positionne hardiment sur le projet d’école, le projet Zola. Cette embellie qui a redonné avec certitude un sourire vif à de nombreux fontenaysiens. Vous comprenez que j’aurais voulu entendre cette déclaration, édulcorée, avec le minimum acceptable, le soir du débat ouvert en séance du Conseil Municipal et non avec le recul aux accents d’un « je vous ai compris », d'un je les ai rencontrés mais je ne vous en ai rien dit tant ma conviction était déjà faite... Le sujet se doît d’être traité en terme de fond politique cohérent avec des principes. Son courrier occulte, en particulier, les questions essentielles de la laïcité, de l’éducation républicaine, qui en terme de besoin sont une nécessité sur notre ville. Son discours se veut l’analyse des seuls dysfonctionnements d’ordre technique, et encore limités par quelques uns d’entre eux. La seule motivation qui l'anime sans complexe est de se recaler en phase avec une population qui en partie lui échappe par la signature d’une pétition anti projet Zola et de jongler avec une autre partie d’un électorat qu’il faut contenter. Cet exercice est périlleux et comme nous avons inauguré dernièrement une école de cirque il pourrait se poser comme un complément indispensable dans l’instruction des élèves au chapitre des jongleries et des équilibres dans les  grandes envolées du trapèze !

Courage. Je préfère la netteté de la thèse socialiste défendue par mon ami Patrice Bédouret lors du débat au conseil, le courage d’un intervention non réfléchie sur des intentions électorales immédiates mais ancrée à l'actualité de la réaction de citoyens et composé d'un sens politique fortement appuyé sur des convictions républicaines ouvertes au dialogue.
Monsieur Patrice Bédouret et les élus socialistes ne mouillent pas leur doigt pour voir venir le vent. L’attitude des élus PS contraste d’ailleurs avec de nombreuses prises de position. Elle n’est pas radicale, elle laisse au Maire toute latitude pour exercer son droit, et est ouverte au dialogue pour trouver le consensus républicain pour ce mieux vivre ensemble. Et surtout ne peut être interprétée comme un rebond soit pour se refaire une santé et nous rejouer la municipale comme l'ancien maire auto-proclamé de fontenay en 2008 ( Ch.Esclattier ) soit pour conserver un volant d'estime où asseoir sa légitimité. L'analyse, le parti pris des élus socialistes tient la route de la cohérence sans ambiguité.

Tag(s) : #PARTI SOCIALISTE

Partager cet article

Repost 0