Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec Nicolas on casse toujours et toujours plus ! C’est vraiment un addict au chamboule-tout et tout de go ! La dernière en date c’est l’article 52 ,de la loi de finances 2010 où se profile en toute impunité la destruction de plus de deux siècles de protection du patrimoine national. La Nation a pour mission de protéger le patrimoine collectif et l’Abbé Grégoire, qui réside selon le vœu de François Mitterrand en 1981 au Panthéon, affirmait que le « respect public doit entourer particulièrement les objets nationaux qui, n’étant à personne sont la propriété de tous ». la Convention légifère en ce sens et c’est grâce au concours heureux de Prosper Mérimée en 1830 que le premier poste d’inspecteur des monuments historiques est fondé. Le classement des bâtiments peut commencer. Depuis ce temps le processus de sauvegarde s’est étendu jusqu’au lieux de mémoires comme Le mur des Fédérés. Les français sont devenus sensibles à la défense de ce ciment national, de ce bien qu’ils possèdent collectivement.

Les premiers accrocs ont étés signés par Aillagon en 2003 qui autorisait la cession de certains monuments aux collectivités territoriales… L’article 52 incriminé élargit le périmètre des monuments et sites transférables qui couvrira la totalité des biens nationaux en y incorporant les objets mobiliers classés ! Cette loi n’interdit en rien aux collectivités territoriales de pratiquer dans l’avenir un nouveau transfert au profit d’une entreprise culturelle à visée commerciale ou même au profit d’un particulier.

Il faut souligner que seul les Préfets se prononceront sur les cessions sans qu’il en soit référé au Ministère. Cette fin de l’état culturel va signe la mort d’une politique patrimoniale nationale avec le danger de voir un Préfet se défaire des arènes de Nîmes, du Pont du Gard, de la cathédrale d’Albi. Le grand marché libéral est ouvert malgré l’inscription d’une liste de biens instransférables. Liste exhaustive.

Notre président lance le débat national sur l’identité mais brade un élément constitutif du débat: notre patrimoine. Notre président veut ériger un musée de l’Histoire mais dans sa loi de finance 2010 l’article 52 va brader Guy Mocquet, pourra céder à l’encan mobiliers et immobiliers du bien public. Il nous faut réagir contre cette grande braderie du patrimoine. Comme élu à la culture je vais tout mettre en œuvre pour organiser la mobilisation et la résistance à cet assassinat et inscrire notre ville dans le refus de ce vent de folie libérale.

Tag(s) : #CULTURE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :