Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous avez tous vu et su qu'en Algérie, samedi, il y avait eu une grande manifestation avec un grand redéploiement de policiers pour interdire tous les accès ( 30000!) Mais ce que vous n'avez pas vu et et ne savez pas c'est le compte-rendu et l'analyse de cet évènement par le journal EL Moujahid. Cela vaut son pesant de cacahuètes! A vous d'en juger en parcourant ce coupé-collé de leur site officiel. Une belle mascarade. Un déni. C'esdt bien le carnaval des hypocrisies! Après la Tunisie, après l'Egypte: l'Algérie?

 

La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT),  Mme Louisa Hanoune a affirmé hier, que les Algériens "n'ont pas adhéré"  samedi à Alger à la marche non autorisée.           
Intervenant à l'ouverture de la session ordinaire du bureau politique  du PT, Mme Hanoune a indiqué que "la non adhésion des Algériens à cette marche  organisée par le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) était  prévisible", soulignant que "les citoyens sont capables de distinguer entre  les positions des différents partis politiques".          
"Lorsque les citoyens veulent participer à des marches, rien ne peut  les arrêter, ni barrages sécuritaires ni forces de l'ordre public", a-t-elle  soutenu, ajoutant que " les travailleurs ne participent pas à une marche  à laquelle appelle un parti de droite".          
La SG du PT a salué l'attitude "digne" observée par les officiels,  saluant "la discipline dont ont fait preuve les forces de l'ordre qui n'ont  pas eu recours à la répression".          
Cependant, elle a estimé que "le déploiement des forces de l'ordre public  était important, anachronique et injustifiable". Mme Hanoune a appelé de nouveau à "la levée des restrictions sur l'activité  politique, notamment par l'autorisation de marches à Alger, car "la crainte  systématique d'un éventuel dérapage est infondée, d'autant que la police est  capable de faire face à toute situation". "La liberté est un facteur d'ordre et non d'anarchie", a-t-elle estimé,  car "elle permet d'écarter les conspirateurs et de révéler la position réelle  de chaque parti politique".          
Elle a appelé le gouvernement "à faire confiance à la capacité du citoyen  à distinguer entre ce qui le sert et ce qui ne le sert pas", réitérant son appel  à la levée de l'état d'urgence.  "Le Président Bouteflika n'est ni Ben Ali, ni Moubarak et détient le  pouvoir de prise de décisions pour restaurer la confiance entre les citoyens  et le pouvoir", a-t-elle affirmé.         
 La SG du PT a critiqué la manière dont certains médias étrangers  avaient traité la marche, défiant "la chaîne qatarie Al-Djazeera de couvrir  une quelconque manifestation au Qatar ou que la chaîne Al-Arabiya fasse   de meme en Arabie Saoudite".          
Elle a souligné que la chaîne "France 24" devrait également annoncer  que 6 millions de Français étaient sortis dans la rue pour réclamer l'annulation  de la décision relative au relèvement de l'age de départ en retraite de 60 à  62 ans", qualifiant ces chaînes d'"antidémocrates". Par ailleurs, Mme Louisa Hanoune a évoqué la note du Fonds monétaire  international (FMI) concernant l'Algérie estimant qu'elle était synonime de  "pression" sur l'Algérie" car elle demande de limiter les augmentations des  salaires de la fonction publique, de réduire les dépenses publiques, et considère  que les mesures prises par le gouvernement pour protéger l'économie ne sont pas incitatives à l'investissement étranger. Elle a réitéré, en outre, son appel au Président de la République  à convoquer des élections parlementaires anticipées "pour la mise en place d'une souveraineté populaire transitoire", l'amendement de la loi électorale  et la séparation du monde des affaires de la politique. D'autres part, Mme Hanoune a abordé l'ordre du jour de la session ordinaire  du bureau politique du parti réuni pour discuter du plan d'action de son parti  pour la prochaine étape. Elle a souligné dans ce sens que la session axera ses travaux sur la  création des comités populaires au niveau des quartiers dans le but de  recenser les revendications et préoccupations des jeunes et des différentes  catégories sociales.          
La secrétaire générale du PT a indiqué dans ce cadre que son parti oeuvre  à "la mise en place d'un cadre réglementé de la dynamique sociale latente  qui prend forme à travers des grèves et des protestations légitimes". "Une dynamique  qui dénote, selon elle, de la bonnes santé de la société".          
Le bureau politique "discutera de la question des comités populaires  pour parer à toute éventualité en vue d'encadrer cette dynamique et revendiquer  des solutions algériennes", a-t-elle affirmé, avant d'ajouter qu'il "est temps  que la parole revienne au peuple".  Evoquant la situation internationale, Mme Hanoune a d'abord félicité  le peuple égyptien pour "ses réalisations", indiquant que le PT suivait avec  prudence "le coup d'Etat blanc en Egypte". Elle a estimé que les révolutions tunisienne et égyptienne ne signifiaient  pas l'annonce d'une révolution arabe" car, a-t-elle expliqué, les situations  socio-politiques "diffèrent" d'un pays à l' autre. La situation dans les deux pays et en Algérie "n'est pas identique.  Même si le partage des richesses en Algérie est inique, il ne l'est pas  de  la même manière qu'en Tunisie et en Egypte. De même que la nature de la corruption  en Algérie est différente de celle existant dans ces deux pays", a-t-elle encore  soutenu.
APS

Tag(s) : #FAITS DE SOCIETE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :